U Palatinu

aja05q538_jpb_halle-des-sports-ajaccio

Le Palatinu s’est vite fait une réputation

Palais des sports et des spectacles, le mini Zénith d’Ajaccio inauguré en octobre 2013 offre un rayonnement non seulement à la cité impériale mais aussi et surtout, à son équipe de Volley demi-finaliste du Championnat de France en 2014 et qui disputera la Coupe d’Europe en novembre. Avec en moyenne un bon millier de spectateurs à chaque rencontre, le club gazier a vu aussi son audience grimper de façon spectaculaire. On peut parler d’un véritable effet Palatinu.

« Cette salle est magnifique, mais elle n’a pas encore d’histoire. » En procédant à sa visite lors de la venue de Montpellier le 2 novembre dernier, l’ancien sélectionneur de l’équipe de France Philippe Blain s’est montré un brin taquin vis à vis de son ami Antoine Exiga président du GFCA volley qui l’accompagnait. Dix mois après, l’un des grands noms du volley-ball hexagonal partage t-il encore ce sentiment, après avoir comme beaucoup d’autres clubs en Championnat mordu la poussière et vécu une chaude soirée dans le nouvel antre ajaccien ? « Vous possédez un outil formidable. C’est à vous d’en faire à présent bon usage en développant l’audience de votre club » avait pour sa part prophétiser Claude Onesta le charismatique sélectionneur de l’équipe de France de handball lui aussi de passage au Palatinu, suite à un colloque sur le sport. Avec 1500 places en configuration sport et le double pour accueillir des spectacles, la salle ajaccienne inaugurée en octobre, attire et enchante tous ceux qui lui rendent visite. En ce qui concerne le président Antoine Exiga qui s’est battu inlassablement durant trois décennies pour que la ville dispose d’une structure digne de ce nom, on peut parler d’un rêve dépassant toutes ses espérances. « L’émotion a été forte lors de notre premier match (remporté 3-0) face à Nantes le 12 octobre 2014. Elle est à chaque fois que nous évoluons dans cette magnifique salle, tant il est vrai que de plus en plus de gens se déplacent les soirs des matches et repartent enchantés de leur soirée. On s’efforce de créer la meilleure animation (assurée par Laurent Michon-Brunetti) possible, pour répondre à cette notion de spectacle de nos jours importante et indispensable. Le public vient d’abord assister à une rencontre de haut niveau, mais apprécie énormément ce que nous lui proposons autour et en marge. Les écoles de danse Fior du Stella et de Sylvie Mehdi, mais aussi le Twirling Club, l’Indepen’danse (Hip Hop, New Style, Zumba) ont ainsi pu se produire, tout comme l’association I Stellini du quartier Pietralba. Le succès a été à chaque fois au rendez-vous. »

Cette salle a apporté une nouvelle dimension au club

Côté terrain, l’équipe s’est vite sentie pousser des ailes dans un environnement où le soutien du public lui a été dans les moments difficiles, d’un apport considérable. « On l’a ressenti dès le premier match face à Nantes. C’était un test qu’il nous fallait réussir après de longues semaines de travail, pour que rien ne soit laissé au hasard. Aujourd’hui, on s’aperçoit que le public se passionne, vibre et réagi quasiment sur tous les échanges. Tout s’est à merveille combiné pour faire en sorte, qu’un engouement apparaisse et s’amplifie dans le sillage d’une équipe qui gagne. Très vite, les joueurs se sont aussi motivés sur l’idée de faire du Palatinu une forteresse imprenable » souligne Dominique Exiga, ayant très vite mesuré la chance que représentait cette structure de haut niveau pour son club. « Elle a tout changé de sorte que le GFCA est aujourd’hui un club reconnu aussi pour la qualité de sa structure d’accueil » rajoute le directeur sportif gazier, alors que Frédéric Ferrandez n’hésite pas à classer le lieu parmi les trois quatre plus belles enceintes de Ligue A. En tout état de cause, il lui aura fallu peu de temps pour se faire une petite réputation. Pour ce qui est de son histoire, elle pourrait s’écrire en 2015 au rythme de la Coupe d’Europe. « Un an après avoir inauguré cette salle, nous allons déjà y disputer une rencontre européenne, après y avoir joué une demi-finale du Championnat de France face à Paris. Qui aurait pu imaginer que les choses iraient aussi vite » rajoute le technicien gazier disposant d’une structure adaptée pour la pratique du sport de haut niveau. « On peut parler d’un véritable effet Palatinu pour notre club et notre discipline » rajoute le président Antoine Exiga. Du côté de l’offre culturelle, la liste des concerts programmés ne cesse de rallonger, d’autant que les artistes ne manquent pas de souligner l’excellente acoustique d’une salle, que dirige avec professionnalisme et passion Cédric Fruhauf.

Site Web Officiel du Palatinu